Incendies

En préparation de l’impact à venir, il n’est pas insensé de s’exposer au scénario le plus pénible.

On n’est pas pour autant tenu d’être déjà prêt à encaisser le choc.

Tissant la symbolique à l’extrémité du fil, mon inconscient, frappé de stupeur, me suggère d’éviter la reproduction de ces exercices d’alerte

Image result for alerte

Ça se lève

On acquiert des habitudes répressives pour déguiser la fougue de nos élans.

Par souci de vergogne.

Parfois, l’élan est si fort qu’on s’étonne de l’avoir bridé, même sans spectateur aux aguets de notre colère.

On est britannique.

Image result for uk

La vie sauvage

L’expression formelle d’une plainte est-elle si nécessaire ?

Bien sûr, ça va mal, on est au creux de la vague, au nadir où l’horizon du ciel a disparu. On croit sentir que c’est ici qu’on va rester toujours.

Quelque part, un murmure nous chuchote que le rideau n’est pas si épais. De fait on s’en doute. Mais où trouver l’énergie qui nous pousserait à le déchirer ?

Ainsi je regarde tomber ma pluie sans vraiment attendre que l’orage passe. J’apprends à m’y sentir pas trop mal à la place.

J’ai peur que son souvenir s’efface. Comment le discerner sans perspectives ?

Ressasser et se perdre

Comme pour une première nuit en prison, je marque le mur d’un bâton.

Son évocation (son souvenir ?) a recouvert ma journée d’un voile anthracite. Me faut-il impérativement me mettre en quête d’un divertissement conséquent pour absorber les résidus qui me hantent ?

Un métier ?

Vertige face aux conséquences…

Crampe

Dans la quête de traitements symptomatiques, à l’heure où naissent de l’ignorance les plus palpitantes irritations,  je frappe à ma propre porte.

C’est sobre, ici.

J’espère trouver du confort dans la circonvolution mais je n’ai besoin que de tendresse pour calmer l’agitation viscérale qui m’étreint.

Et là forcément, tu piges…

Presque, je voudrais en parler à papa.

Tant pis, ça ne marche pas. Je retourne m’abrutir, les sobas sont froids.

Rétropédalage

Parfois, la pesanteur est telle…

Aucun gadget utile.

La force d’inertie commande et nous enjoint à l’inaction.

Rejet de greffe

De lents massages, peut-être ?

Instiller la confiance par la bienveillance ?

L’indulgence ?

Ablater ?

 

In extremis

J’avais prévu d’en déverser des tartines, je me disais :

“Merde ! Tu vas pas te cantonner au sibyllin, pépère ! Donne t-en pour ton argent !”

Techniquement, j’ai dû penser plutôt “leur” mais c’est un leurre.

Et v’la-t’y pas qu’il est 23h37 et qu’on est presque à l’heure de Philips.

Or le moins que je me doive (même remarque) c’est d’au moins me présenter, quitte à me frotter au radiateur du fond de la classe.

Dont acte.

On n’osera pas me dire qu’en ce moment au moins, ça ne relève pas du sacrifice.

La tentation abstentionniste

Avant d’écrire, je contemple la virginité du métier.

Dans la mesure où le silence est d’or, comment douter que mon action l’appauvrit ?

J’ai beau y remettre cent fois mon ouvrage pour affiner mon Pélardon, je tremble à l’évocation de l’impact carbone…

Sauvons la face !

Jolie poupée

Est-ce le fait d’un contact plus intime – quoique cérébral, comme une incarnation de la masturbation intellectuelle – à la vanité de l’existence qui retient mon élan ?

Ou bien, plus méfiant qu’un vieux corbeau, me soucié-je même d’habitats qui me sont pourtant familiers parce que je ne les ai pas visités de long temps ?

J’ai pourtant redécoré pour me sentir bien accueilli…

Mais où ?