Ressasser et se perdre

Comme pour une première nuit en prison, je marque le mur d’un bâton.

Son évocation (son souvenir ?) a recouvert ma journée d’un voile anthracite. Me faut-il impérativement me mettre en quête d’un divertissement conséquent pour absorber les résidus qui me hantent ?

Un métier ?

Vertige face aux conséquences…